Emma Bernard Coaching
Blog

2/5 – SAUL OU LE MUSICIEN PRÉCOCE QUI NE SUPPORTAIT PLUS LE SON…

Deuxième partie :

Un accouchement dans la douleur et le temps… 

Nous entrons alors dans une longue période de discussions libres et pour ma part, d’écoute patiente mais sans grand cadre : je sens rapidement que Saul « tourne en boucle » dans des questionnements et des raisonnements purement mentaux qui ne lui apportent aucun mieux-être. Mais je le laisse faire car je sens qu’il en a besoin (peut-être pour tester sa confiance en moi… ?) et déporte pour l’instant mon travail sur des mini plans d’action en lien avec sa demande initiale.

Progressivement, je me focalise sur son grand pessimisme et son permanent scepticisme qu’il semble avoir érigé en véritable système de fonctionnement, sorte de « cercle vicieux » mental. En effet, il me dit avoir « peur de la peur » et vivre dans une sorte « d’autoflagellation » permanente. Souvent, pendant nos discussions, je relève des petits rictus narquois ou moqueurs, comme des automatismes « de défense ». Je réalise que Saul a un besoin vital de changer de paradigme, car il fonctionne à perte et s’autodétruit physiquement et mentalement. D’un abord charmant, cultivé et intelligent, discutant avec aisance de nombreux sujets, il est d’autant plus difficile à « coincer » pour mettre en lumière son « dysfonctionnement ». 

Parallèlement aux sous-objectifs spécifiques, j’attaque un travail de fond sur ses Valeurs afin de décortiquer son système de priorités intimes et lui permettre de descendre plus profondément dans ses émotions et ses ressentis physiques. Après m’avoir avoué être dans la phase 2 d’Ennui et de Renoncement (Cycle de Renouveau d’Hudson), il décide de revoir l’ordre de ses priorités (ses « Valeurs Rocher » commencent à muter et ses échelles de 1 à 10 deviennent plus parlantes) et il commence à montrer plus d’authenticité et un réel désir de mieux-être. 

En m’accrochant à des petits détails comme ses rictus et ses mimiques sceptiques, j’essaie de lui démontrer comment d’un instant à l’autre, il détruit les élans « optimistes » et énergisants qu’il vient parfois tout juste de me montrer… Il m’arrive même de sortir de ma réserve et de lui dire « Saul, prend ton coaching au sérieux ! » et comme notre relation est sincère et confiante, il accepte ma demande. 

D’un autre côté, je lui propose de réfléchir à un « doudou consolateur » ou autre mantra intime, afin d’adoucir son conflit intérieur et son « auto sabotage » mental (toujours en pensant à sa passion enfouie, la création musicale). C’est alors que Saul se met à me parler de sa « colère qui le sauve » et je sens que nous passons réellement un petit cap : colère contre une sorte de fatalité qu’il rejette, colère contre lui-même, colère contre son propre fonctionnement… et bien sûr contre son « incapacité » à faire de la musique (frustration majeure). Bref Saul commence à entrer en révolte. Par ailleurs, toujours en désir d’aider les autres, Saul me parle de la « révélation de soi par le projet artistique » et je sens que là, nous commençons vraiment à entendre sa Vérité… 

En réalité, Saul me donne lui-même les clés de sa problématique en me demandant à mots à peine couverts… de le coacher artistiquement. Ce que je vais faire avec joie… étant moi-même passionnée de musique ! Cette aventure devient aussi passionnante pour lui que pour moi !

A la mi-avril, Saul me livre donc lui-même son Objectif Principal sur un plateau : « JE VEUX TRAVAILLER DANS LA MUSIQUE POUR L’IMAGE (Film, Télé, Pub, Documentaire, Internet…) POUR SEPTEMBRE 2018. C’est la chose la plus importante pour moi en ce moment. » 

Et je comprends qu’il veut enfin utiliser sa dernière formation en date (formation américaine de Berklee sur l’écriture de musiques de films) pour « devenir vraiment professionnel » (aspect pro), qu’il a besoin de se « remettre à créer quotidiennement » (aspect perso), « trouver sa place dans la société, avoir un travail et des rentrées d’argent réguliers » (pro/perso). Il veut se « prouver à lui-même qu’il en est capable ainsi qu’à ses proches, dont il dit n’avoir jamais senti le soutien ni la confiance ». Bingo !

Nous nous mettons donc immédiatement à établir des plans d’action très concrets, pour profiter de sa vague d’énergie personnelle, créative et professionnelle. Auxquels il va répondre au-delà de mes attentes et très rapidement déployer lui-même en toute autonomie.

Partie 3 : Les points de passage obligés pour enclencher le véritable coaching, les outils utilisés pour le grand Objectif et le problème majeur rencontré

Related posts

5/6 – Récit d’auto-coaching : « Apprendre à poser mes limites afin de puiser dans mes Valeurs pour nourrir mes Besoins »

Emma Bernard

1/5 – SAUL OU LE MUSICIEN PRECOCE QUI NE SUPPORTAIT PLUS LE SON…

Emma Bernard

4/5 – SAUL OU LE MUSICIEN PRÉCOCE QUI NE SUPPORTAIT PLUS LE SON…

Emma Bernard

Laissez un commentaire