Emma Bernard Coaching
Blog

4/5 – SAUL OU LE MUSICIEN PRÉCOCE QUI NE SUPPORTAIT PLUS LE SON…

Quatrième partie :

La ressource majeure enfouie, non assumée et surtout inexploitée : le talent créatif, la Musique

…Tout a commencé (vraiment) à la mi-mai, quand Saul m’a dit « J’ai entièrement confiance en moi et je refuse le cynisme (le pessimisme généralisé) comme système de fonctionnement stérile et autodestructeur ». Immédiatement, j’ai cherché à le faire entrer en action quotidiennement pour profiter de cette fenêtre d’optimisme vertueuse et auto proclamée : 1) Médite 2) Refuse les pensées négatives dès qu’elles se présentent (en cherchant des émotions consolatrices, nourrissantes et optimistes pour les contrer) 3) Immerge toi chaque jour dans ton talent, la composition musicale (car de fil en aiguille, j’ai bien senti que c’est ce qui, chaque jour, pourrait nourrir son « égo » mais aussi le mettre en ligne de façon permanente avec son Objectif Principal). Lorsque Saul m’a dit, ému, sincère et apaisé « La Musique c’est mon plus Grand Amour », j’ai su que nous étions au cœur de sa problématique, le lien essentiel avec ses émotions profondes et la vraie chance de mettre en place son nouveau fonctionnement interne, optimiste et vertueux c’est-à-dire solide et sur le long terme. 

Sur le terrain des actions concrètes et pour travailler à l’aspect purement professionnel de son Objectif tout en luttant contre son dernier petit frein interne (« Je n’ai aucune expérience ni réseau dans le domaine de la musique de films »), nous nous sommes accordés pour acter coûte que coûte et dans un budget temps serré (10 jours) : Saul se sent prêt à créer de la musique sur n’importe quelles images, à tout prix… et gratuitement. Donc mise en ligne d’annonces sur LINKED IN et FACEBOOK, mais aussi sur CROWD FOUNDING (forum de projets créatifs en tous genres pour financement en ligne), STAGE 32 (spécialisé musique) et IMDB PRO (droits d’auteur). Saul ira frapper aux portes des Facs, écoles de cinéma et festivals dans sa ville la plus proche, afin de proposer ses services gracieux de pro débutant mais musicien confirmé aux étudiants en ciné, animation, pub… Plus important encore, Saul se décide ENFIN à mettre sa musique en ligne sur YOUTUBE (en réseau sécurisé) et de créer son SOUNDCLOUD c’est-à dire de mettre à dispo sur Internet, l’ensemble de son travail de musicien, classé par thèmes cinématographiques (action, aventure, drame, love story, course-poursuite, héroïque fantasy…), en se contentant de piocher dans les montagnes de devoirs imposés et très techniques réalisés lors de sa formation américaine. C’est là que je découvre ENFIN son travail, sa technique, son talent. Saul compose très bien, maîtrise bien de nombreux genres musicaux et sait déjà très bien « mixer » et donner à tout cela un son pro. D’un autre côté, nous décidons de défricher la question des droits d’auteur musicaux avant Septembre, bref d’être capable de protéger sa musique mais également de se renseigner sur les prix et les salaires pratiqués sur le marché de la musique de films. Là encore rapidement, Saul se démène pratiquement en autonomie, de façon très organisée et obtient rapidement des premiers petits résultats… En frappant à toutes les portes de sa ville, Saul décroche un rendez-vous avec le directeur d’une école de films d’animation (qui n’a ouvert ses portes que depuis un an) et qui semble immédiatement intéressé par sa proposition : pour la Rentrée de Septembre, il lui demande toutes ses références, expériences et liens sur son travail de musicien afin de les envoyer à l’ensemble de ses élèves. Ce sera le parfait moment pour se présenter aux étudiants et proposer ses services de compositeur et arrangeur sur un ou plusieurs de leurs projets annuels… 

Parallèlement, il ne cesse jamais de chercher à progresser techniquement dans ses zones encore « améliorables » et notamment dans la technique du mixage (tutoriels, achat de matériel performant…) et tache progressivement de se remettre à la composition personnelle chaque jour un peu plus : pour cela, nous réfléchissons à reprendre ses vieilles pistes d’idées ou autres « embryons » de chansons ou morceaux inachevés… ce qu’il fait, là, dans un état d’esprit beaucoup plus intime, à un rythme plus lent en se souciant avant tout d’écouter son inspiration, de déployer son univers personnel tout en cherchant toujours la régularité et la quotidienneté. Parfois Saul réadapte à sa manière des grands morceaux classiques du cinéma… je suis sidérée d’ailleurs par la qualité d’un de ses travaux sur la bande originale de Twin Peaks, à laquelle il donne une dimension toute autre et une vraie capacité à poser sa patte personnelle. C’est à partir de là, que nous avons commencé à nous envoyer de la musique très régulièrement, pour la commenter, se réjouir, partager. Pour lui l’occasion de réfléchir, d’agrandir sa palette et pour moi de découvrir de nouveaux artistes, de booster son énergie et de lui donner des conseils de passionnée sur ses propres compositions. Quoi de plus vertueux !!! 

Maintenant, je sens que ses idées viennent toutes seules et lui donnent un vrai plaisir enfantin et presque quotidien. Mais Saul ne manque jamais une occasion de revenir sur le terrain pro et concret en balisant le budget temps et en cherchant à exploiter un talent qu’il se reconnait sans prétention mais en toute bonne foi et en furetant en permanence dans toutes les styles, toutes les techniques… bref il bosse, il exploite, il progresse et c’est bien !!…

Partie 5 : Ce que Saul m’a appris en tant que coach… et ce que mon coaching a apporté à Saul. Conclusion

Related posts

5/6 – Récit d’auto-coaching : « Apprendre à poser mes limites afin de puiser dans mes Valeurs pour nourrir mes Besoins »

Emma Bernard

4/6 – Récit d’auto-coaching : « Apprendre à poser mes limites afin de puiser dans mes Valeurs pour nourrir mes Besoins »

Emma Bernard

6/6 – Récit d’auto-coaching : « Apprendre à poser mes limites afin de puiser dans mes Valeurs pour nourrir mes Besoins »

Emma Bernard

1 commentaire

Récit de coaching - Saul le musicien qui ne supprotait plus le son 3 14 mai 2019 at 20 h 24 min

[…] Partie 4 : La ressource majeure enfouie, non assumée et surtout inexploitée : le talent créatif, la Musique […]

Répondre

Laissez un commentaire